LE DEBRIEF : L’EXPO TENUE CORRECTE EXIGÉE

Hi everyone !

Et oui, me revoilà. Nouvelle vie, nouvelle manière de vous écrire. Grande décision. J’en profiterai également pour vous partager tout ce que je peux rencontrer dans mon quotidien (comme ci-dessous), en rapport à la Mode, en plus de la publicité. Allez hop hop hop, on fait peau neuve et on reprend la route !

debrief

•••

Avant de commencer la saga des publicités de Noël, je voulais attirer votre attention sur cette exposition : « Tenue Correcte Exigée, quand le vêtement fait scandale », qui se tient actuellement au Musée des Arts Décoratifs de Paris. Et j’ai eu la chance d’assister à l’inauguration hier. Débrief :

img_9315img_9314

…*

•••

Pour la faire courte : C’est une exposition fraîche, moderne bien loin des expositions vues, vues et re-vues genre «  Histoire de l’Art et de la Mode » avec des 15 000 robes datant de Marie-Antoinette. Non. Ici, le concept, c’est la contradiction entre les bonnes mœurs et les maisons de couture qui ont fait… tout l’inverse. Et ca, on aime. D’Yves Saint Laurent à Jean Paul Gaultier, en passant par Vivienne Westwood ou encore l’extrême, Kanye West, tout y est pour vous régaler.

img_9324     img_9322

3 Thématiques : Les vêtements et la règle, Une fille ou un Garçon et La provocation des excès (trop large, trop moulant, trop trop). Prévoyez une bonne demi-heure pour parcourir toute l’exposition car vous serez sans doute interpellé par des détails inattendus et décalés.

img_9338

Je n’en dis pas plus pour ne pas vous spoiler l’exposition… et vous la conseille vivement ! Allez, j’ai encore des petits cadeaux à préparer… bisous bisous.

« Tenue Correcte Exigée. Quand le vêtement fait scandale. », au Musée des Arts Décoratifs, du 1er Décembre au 23 Avril 2017, 107 rue de Rivoli 75001 Paris. 

sans-titre-1

SNEAK PEEK : KENZO X H&M

L’info date d’il y a un peu plus de 2 mois maintenant, mais les premiers looks de la collection ne sont sortis qu’il y a 2 jours. Je parle bien sûr de la nouvelle collaboration du grand suédois H&M avec la Maison Kenzo.

Des collaborations devenues cultes: Balmain, Alexander Wang et j’en passe. Et justement, n’est pas Balmain qui veut. « Tu m’as l’air dubitative » me direz-vous. En effet, je dois vous avouer que cette collaboration me laisse perplexe. Outre le style que je ne jugerai pas car je n’ai aucune formation qui légitimerait mon avis, bien que subjectif, je reste cependant sans voix face au peu de bruit que fait cette campagne.

Hormis le relai fait par des magazines tels que Vogue, Elle mais aussi Konbini, cette campagne méritait pour moi plus de résonance. Bien que Balmain avait l’avantage de pouvoir communiquer à travers Olivier Rousteing et ses modèles, qui sont, rappelons-le, des bombes à influence, Kenzo à l’avantage de la mixité. L’ADN de la Maison est d’ailleurs proche de celle d’H&M : la philanthropie et la diversité. Et c’est bien dommage de ne pas communiquer davantage là dessus. Le message pouvait être puissant mais c’est l’aspect stylistique de la collection qui ressort. Bien que les deux marques aient communiqué sur leurs réseaux respectifs, il manque un message plus frappant pour tenir le public en haleine… et ils ont tous les ingrédients. Sortie le 3  Novembre 2016.

© H&M
© H&M

Affaire à suivre ;) 

SIGNATURE

 

WILLOW SMITH: NOUVELLE ÉGÉRIE CHANEL

[Voilà ce qui arrive quand on veut rattraper son retard: on communique sur des informations qui ne sont ni d’hier, ni d’aujourd’hui. Merci de votre compréhension.]

Il y a moins d’un mois, Chanel dévoilait sa nouvelle campagne eyewear avec en guest-star, Willow Smith. Ai-je réellement besoin de vous dresser son portrait? Avec le nom et la génétique, je ne pense pas. En revanche, j’ai une légère impression de déjà-vu, pas vous? Normal. L’an passé, Lily-Rose Depp, même âge, même pedigree, était elle aussi, élue au rang d’égérie pour la même gamme de produit.

Pourquoi serait-ce un succès? Tout comme celle qui l’a précédé, Willow reflète une nouvelle génération, autre encore que celle de Kendall et Gigi, maîtrisant tout autant son image sur les réseaux sociaux. Et Willow et son frère savent comment casser les codes, puisque ce dernier, égérie de la dernière campagne Louis Vuitton, avait créé le buzz en portant une jupe. Et c’est aussi ça, la Mode. Willow offre une nouvelle image à Chanel, plus fraîche, plus connectée, plus nous en fait. Les pouces levés.

 

©Chanel

Sources: racked.com; dazeddigital.com; instyle.co.uk; elle.fr.

SIGNATURE

COEUR DE ROCKER : PASSION JAMES JAGGER

Pour continuer la saga, dans la famille Jagger cette fois-ci, je demande le fils. Révélé en Février dernier par série VINYL (produite par Papa), James en quelques chiffres, c’est : 2 campagnes publicitaires et 1 couverture de grand magazine. Et ce, seulement pour l’année 2016. Décryptage.

En mai dernier, James Jagger fait la couverture du VOGUE HOMMES Printemps/Été. Les clichés ont de quoi faire craquer: ils réveillent en chacun(e) de nous le souvenir d’une adolescence rock’n’roll. On y découvre une belle « gueule », pleine d’authenticité et loin des stéréotypes de beauté. Et ça fait du bien.

En juin, on apprend que le poulain du clan Jagger-Hall sera le visage de la campagne A/H16 de Jimmy Choo. Annoncé par le compte twitter de la marque, qui affirme voir en lui les allures d’un vrai gentleman.

S’en suivra l’annonce de la campagne pour Moncler, avec la vidéo des backstages du shooting. Une campagne photographiée par Annie Leibovitz s’il vous plaît, qui nous plonge une fois de plus dans un monde féerique et enneigé. Pour être franche, au vu de la météo il y a quelques jours, j’enviais Karen Elson et notre petit James d’avoir une doudoune sur le dos, mais c’était il y a une semaine. Je ne sais pas vous, mais je trouve cette campagne un peu #WinterIsComing, comme si les retrouvailles entre Sansa et Jon Snow inspiraient même la Mode. J’avoue que mon raisonnement va trop loin mais ça pourrait être cohérent. Le but étant de réveiller ou d’éveiller l’enfant qui sommeille en nous. Et s’inspirer de l’actualité pop/mainstream reste pratique courante.

Conclusion: Si Maman est mannequin et Papa a non seulement une belle tête mais aussi un CV musical long comme un bras, c’est clair que ce serait dommage de ne pas avoir hérité d’au moins un parent. Bon là, clairement, c’est les deux. Et si en moins de 6 mois, James est déjà parvenu à se faire un nom et commence à se démarquer de son patriarche, c’est qu’il est loin de passer inaperçu et on a tout intérêt à garder un oeil dessus. Égérie à suivre..

•••

En revanche James, n’oublie les chaussettes quand même pour Jimmy Choo…

Sources: vogue.fr; wwd.com

SIGNATURE

TOUTES FOLLES DE VUITTON

C’est à croire que la Maison de Luxe Française serait le pendant de Charlie et ses drôles de dames, version Mode. Après avoir fait les yeux doux à Alicia Vikander en début d’année, oscarisée pour son rôle dans « The Danish Girl » et future Lara Croft, pour une campagne qui donnerait presque envie de se déhancher:

Voici que Nicolas Ghesquière, Directeur Artistique de la Maison, a jeté son dévolu sur la chanteuse Grimes mais également sur notre chère et tendre Léa Seydoux.

« Mais c’est pas du tout le même type de nanas? » me direz-vous. J’entends bien. La différence, c’est que Léa Seydoux prend la pose ici pour la campagne Maroquinerie. Nuance donc avec Grimes, chanteuse au cheveux roses tout droit sortie d’un manga, qui elle, est égérie pour la prochaine collection prêt-à-porter. Si ce n’est pas déjà le cas. Deux axes stylistiques différents, qui permettent à Louis Vuitton d’opter d’un côté, pour une gamme très moderne voir futuriste, et de l’autre, garder un coeur tendre et nostalgique avec les sacs à mains. Et qui dit deux axes stylistiques différents, deux axes de communication différents aussi. Du moins, on ne s’adresse pas aux mêmes cibles dans les deux campagnes. Alors, plutôt licorne ou babies avec chaussettes?

Grazia.fr

elle.fr

 

C’est qu’il aime beaucoup le rose Nicolas, vous ne trouvez pas?

SIGNATURE

 

•••

Sources: elle.fr; grazia.fr